Vécu entre le 1148 et le 1181, Galgano était, selon une légende postérieure, un chevalier (probablement) nonchalant et (probablement) dissolu.

Mais un destin supérieur l’attendait. Tout de suite, pendant une vision ou un rêve mystique, il reçut, par les Apôtres, la mission de bâtir une église dans un lieu solitaire, nommé Montesiepi.

Mais personne n’aida Galgano: sa mère et ses amis, pour des raisons différentes, cherchèrent de le décourager, en avançant des difficultés  et des doutes sur sa bonne foi.

En tout cas Galgano persévéra dans son projet, se retira à Montesiepi, bâti l’église, fixa son épée dans la pierre, en témoignant sa santité.


L’épée dans la pierre de St. Galgano, évident rappel de l’Epée du Roi Artus, est encore visible dans la chapelle de Montesiepi, à Chiusdino, dans la province de Siena, dès le 1180. 


Les analyses, les épreuves et les descentes locaux ont confirmé que l’épée et les matériaux concernant St. Galgano et ses ambiances appartiennent au XII siècle. L’épée, en particulier, peut venir datée avant la fin du XII siècle et pourtant antérieure à toutes les épées dans la pierre de la légende.   


En 30 details au moins, la vie de St. Galgano, est identique à l’histoire du chevalier situé à l’origine de l’histoire de la Table Ronde, appelé Perceval, en français, ou Parsifal, en allemand.


Le texte original de la Canonisation de St. Galgano, y compris l’histoire de l’épée dans la pierre, est datée 1185, dix ou vingt ans avant le Perceval de Chrétien de Troyes et le chevaliers de la Table Ronde, dont les gestes sont apparues plus tard en Aquitaine. La copie du texte, trouvée pendant la recherche, indique que toute l’aventure dérive de ce noyau original.  Ça vaut pour le Perceval (de Chrétien de Troyes) et le Parsival (de Wolfram von Eschenbach).

Plusieurs éléments démontrent que l’histoire originale du Roi Artus et des chevaliers de la Table Ronde (ambiance, systèmes de vie, habits, géographie) ne font pas partie de la culture européenne.

Beaucoup de choses particulières montrent que animaux, végétaux, étoffes et autres éléments trouvent leur origine dans l’histoire et la culture orientale et persane en particulier. 


En tout cas, les temps et les faits, démontrent de quelle façon la matière fut transportée de l’Orient, à travers la Toscane, (Pisa, en particulier) et arriva en France et Bretagne, en introduisant  dans les éléments persans l’histoire de l’épée et du saint toscan qui devint Perceval, en indiquant l’effort des auteurs pour donner un caractère européen  aux légendes étrangères.

L’épée dans la pierre

Le mystère de San Galgano


BLOG
Editoriali/Editoriali.htmlEditoriali/Editoriali.htmlEditoriali/Editoriali.htmlshapeimage_3_link_0shapeimage_3_link_1

Livres de Mario Moiraghi
http://www.ibs.it/code/9788851402518/moiraghi-mario/enigma-di-san-galgano.htmlBooks.htmlBooks.htmlshapeimage_4_link_0shapeimage_4_link_1
 
homeHome.html
CONTATTI
Contact.html